mercredi, 03 mai 2017 20:46

| FEMININES | J-4 avant CABCL vs ASBH, le 1/4 de finale en 3 questions à Amandine BEAUDET.

| FEMININES | J-4 avant CABCL vs ASBH, le 1/4 de finale en 3 questions à Amandine BEAUDET. Photos : USL Rugby

Une semaine après avoir disposé de Luzech lors d’un 1/8ème âprement disputé sur la pelouse de Gourdon, nos féminines +18 ans rencontreront un nouvel adversaire que notre groupe n’a jamais affronté auparavant ; l’AS Béziers Hérault.

Passée la première étape des phases finales qui voyait le CABCL vainqueur au finish, notre équipe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Cette accession en quart de finale sera synonyme de montée en division supérieure en cas de succès, est la parfaite illustration de l’excellent travail réalisé par un groupe qui se revendique avant tout comme un groupe de copines dont le but premier et de s’amuser et de prendre un maximum de plaisir.

Nous avons donné la parole à Amandine BEAUDET, talonneur et capitaine du CABCL lors de la victoire contre Luzech. L’occasion de balayer l’actualité de l’équipe en trois questions.

Malgré des débuts difficiles, l’équipe a trouvé son rythme, tout en s’affirmant un peu plus après chaque match. Des ambitions ont vu le jour au fil de la saison pour conduire le groupe jusqu’à une belle qualification. Comment le groupe vit ses phases finales ?
Amandine BEAUDET : Le groupe vit très bien ensemble sur et en dehors du terrain, on se fait toutes confiance les unes envers les autres. Nous sommes parties de loin après un premier match où les joueuses se cherchaient sur le terrain, sûrement la conséquence d’un manque de repères communs. Nous avons ensuite perdu lors du déplacement suivant. Cette défaite a été vécue comme un électrochoc par le groupe. Il y a des défaites « qui font du bien » et qui permettent de se recentrer sur l’essentiel, celle-ci en faisant partie. Nous avons ensuite pris conscience que le groupe avait le potentiel pour réaliser une belle saison. Nous avons aussi eu de longs déplacements, « mine de rien quand tu fais 10 heures de bus tu apprends à connaitre tes coéquipières », cela crée une forme de cohésion qui se ressent ensuite sur le terrain.

La dernière journée de championnat face au Jarjilles a été vécue comme un 16ème de finale. Nous savions qu’en cas de défaite la saison s’arrêtait, « on n’avait absolument pas envie de s’arrêter ». La force du groupe s’est ressentie le plus lors de cette rencontre, l’application et le combat proposés les ont mises sous pression d’entrée de jeu.

Tu porteras à nouveau le brassard de capitaine ce weekend face à Béziers, quel est ton regard sur la dernière sortie de l’équipe et sur la suivante ?
AB : Nous avons voulu mettre la même application que nous avions mis face aux Jarjilles, contre Luzech, notre plan a bien fonctionné. Nous aurions pu je pense, prendre d’avantage le score mais il ne faut pas oublier que notre groupe est jeune, nous avons un peu pêché dans la finition. Cela n’a pas remis en cause notre victoire. Bien que les conditions se soient dégradées durant le match, nous avons su garder notre maitrise pour conserver l’avance acquise en première mi-temps et s’assurer la victoire en fin de rencontre.

Nous n’avons pas beaucoup d’informations sur notre futur adversaire, nous allons mettre autant d’application que lors de nos précédentes victoires. Ce sera certainement une rencontre disputée face à un adversaire qui n’est pas là par hasard.

Tu connais les phases finales et l’ambiance particulière qui y règne. Ton expérience du titre de 2014 sera une chance afin d’accompagner les plus jeunes dans la façon d’aborder ce match couperet. Comment se passe la semaine de préparation ?
AB : Nous allons travailler comme d’habitude, sans changer ce qui a permis à notre équipe de trouver son équilibre face à ces différents adversaires. On connait notre rugby, il est beau, efficace (…) si nous sommes là c’est que nous connaissons notre jeu et que nous savons l’appliquer. La stratégie est différente d’un adversaire à l’autre mais pas de doute, nous serons bien au rendez-vous. Pas question de tout révolutionner à trois jours d’un match. Nous - notre groupe va se préparer ensemble dans l’excitation d’un match de phases finales.

En direct du stadium

Facebook