jeudi, 04 mai 2017 19:07

| CRABOS | le CABCL affrontera le RC Toulon champion de France en titre lors des 1/8e de finale.

| CRABOS | le CABCL affrontera le RC Toulon champion de France en titre lors des 1/8e de finale. Photo : Nadège Nexon

Qualifiés de justesse grâce à leurs deux succès de prestige à domicile contre Toulouse puis Dax il y a tout juste un mois, les Crabos voient les portes des phases finales s’ouvrirent devant eux ce week-end. La première partie de saison à peine digérée, c’est un nouveau challenge qui attend notre groupe blanc et noir. Ils seront opposés à l’occasion du premier tour des phases finales en 1/8ème de finale au Champion de France en titre, le RC Toulon. Coup d'envoi de la rencontre dimanche 7 mai 2017 à 13h30 au stade Mateille à Gruissan.

Notre objectif est de faire un match plein collectivement pour espérer s'imposer. Notre dernière sortie à Agen nous a donné un aperçu de ce qui nous attend dimanche en termes de niveau de jeu et d'intensité collective. A nous de relever ce défi, nous sommes prévenus. La pression doit être positive et l'envie de bien faire sera évidemment présente. Précisait Bertrand MARTY.

Afin de préparer leur futur défi, nos jeunes ont profité d’une semaine de vacances pour se ressourcer avant de reprendre le chemin de l’entrainement cette semaine.  Cette qualification qui sonne comme la récompense du travail fourni sur l’année sera abordée avec beaucoup d’envie. Dans le but de contrer l’ogre Toulonnais - 3ème meilleure équipe nationale, qui compte également dans son effectif bon nombre de jeunes auréolés de sélections nationales, la semaine de préparation est consacrée à la révision de la circulation dans les secteurs offensifs et défensifs. Une place sera faite au travail du détail en collectif de ligne entre les avants et trois-quarts.

Nous voulons mettre un maximum de chance de notre côté lors de ce match de grande importance. C’est une nouvelle compétition qui démarre ce week-end, nous allons tenter de créer la surprise face à un sérieux prétendant à sa propre succession. Conclut Sébastien ZANETTI.